LES REVES QUI ILLUSTRENT UNE PROBLEMATIQUE Les premiers rêves que nous faisons, parfois longtemps avant qu'une crise ne se déclenche, annoncent la problèmatique. Exemple : Le 8/8/1971, je rêve : " j'étais dans la cour d'une grande maison, qui était peut-être un château de style Renaissance, genre Blois, avec des fenêtres en forme d’arches romandes. Certaines était plus récentes style 17e siècle. Les arches romandes donnaient sur des pièces noires ou plus exactement des tunnels, sur l'aile droite. Dans cette maison régnait " Le MAITRE " devant lequel, tout le monde pliait. Il s'agissait d'une présence, car en fait, on ne le voyait jamais. J'étais l'enfant de Maitre, mais j'étais aussi un garçon qui s'appelait François, et cette autorité ne me faisait pas vraiment peur, comme aux autres. Je décidais d'en faire à ma tête, fille, je pliais les couvertures à ma façon et non à celle du Maitre…et il ne se passait rien. Puis ma mère adressait une lettre " à mes chers enfant et M "…et je comprenais qu'il s'agissait de J et C, car nous n'étion pas compris dans la lettre puisque nous étions mon frère et moi, près d'elle. Ce rêve était rédigé au passé. Pendant longtemps, j'écrirai ainsi, à distance, spectatrice, ce n'est que plusieurs années plus tard que j'écrirai au présent, comme partie prenante des évènements. Le rêve indique une oppression cachée, mais forte, mon côté yang, libre (François) fils de l'oppressions, donc quelque part y adhérant, a la capacité et la force de ne pas plier et de faire à sa tête, fille intuitivement j'entends plier le tissus protecteur de la vie, à mon idée. C'est alors qu'apparaît ma mère dont le courrier ne nous concerne pas. Le rêve révèle mon besoin de me libérer des contraintes inconscientes pour vivre ma vie librement, ma renaissance est à ce prix. Quant aux trois tunnels noir, au rez-de-chaussée, il représentents des lieux réels inconnus ou inconscients… J'ai tardivement compris, qu'à cette époque, je ne possédais qu'une famille : ma famille du côté paternel de ma mère, famille nombreuse, bruyante, pleine d'énergies, de rires. Enfant j'ignorais que j'avais d'autres branches familiales. A la retraite, j'ai eu soudain le besoin de retrouver ces branches et cela m'a apporté une espèce de sérénité, un équilibre inattendu. C'est une expérience curieuse, un peu troublante de découvrir dans les registres paroissiaux, les noms des siens, et de découvrir que l'on a une espèce de savoir intuitif qui permet de dire, parmi une série de noms " celui-ci est des nôtres "… " celui là, je ne le sens pas " et d'avoir vu juste. Comme par exemple de cousins à la 10e génération ! dont j'étais sûre qu'il y avait un lien, ce qui s'est rêvélé exact après des recherches qui semblaient au départ démentir ma certitude interne. En fait, ces cousins éloignés ont dû rencontrer mes arrières grand'parents, en se regroupant dans la même ville en plein développement. Une relation affective forte existait, et sans doute que ma famille à pleuré le lointain petit cousin orphelin mort de tuberculose à 30 ans en 1917, et leur propre petit fils mort à 22 ans en août 1917. Les tombes des jeunes gens sont à quelques mètres l'une de l'autre. Mes ancêtres avaient l'habitude, énervante pour le généalogiste, de donner le nom de père au fils aîné, seul le prénom de François qu'ont porté certains de mes ancêtres qui n'étaient pas des aînés, n'a jamais été donné au fils aîné. Or ce prénom de François a beaucoup hanté mes rêves…et pas du tout les autres. 21/12/2006, je rêve d'un combat très dur contre le vent, pour fermer mes volets. Je fini par réussir. Je suis alors dans une situation douloureuse car ma mère devient dépendante, que je ne peux pas la prendre chez moi, mais que je ne peux pas ne pas voir ce qui lui arrive. 3/10/2007 je rêve que je suis séquestrée. Ma mère ne peut plus se débrouiller seule, et je suis si largement mise à contribution, que je n'ai plus de temps pour autre chose. Je panique en me demandant combien de temps cela va durer. Le 16/1/09, je rêve que je suis au volant d'une voiture dont les phares s'éteignent dans la nuit. Ce n'est pas la première fois, et semble signer un message : je ne sais pas où aller, ni que faire. Et c'est bien ce qui se passe Le 10/2/09 le rêve parle de talents inemployés. C'est effectivement ce qui me taraude, prise dans le quotidien, j'ai l'impression que j'ai encore des choses à dire avant qu'il ne soit trop tard. A noter que les rêves qui contiennent beaucoup de couleurs, et des couleurs qui bougent, indiquent une animation psychique intense. Il se peut qu'ils aient une base physique et soient dans cerains cas l'expression d'un déséquilibre hormonal, liés au stress.
[Web Creator] [LMSOFT]